Πέμπτη, 4 Απριλίου 2013

La révolution de l'hydrogène, de l'énergie libre et la libération de l'humanité de combustibles fossiles et la barbarie capitaliste



Qui est l'hydrogène peur?
La révolution de l'hydrogène, de l'énergie libre et la libération de l'humanité de combustibles fossiles et la barbarie capitaliste

Dr Kostas Lampos

     La question de l’énergie constitue, sans nul doute, la problématique la plus cruciale de notre époque. Parce que le système énergétique existant, fondé sur les combustibles fossiles, n’est pas à même de couvrir intégralement les besoins de l’humanité en matière énergétique, parce que cette forme d’énergie est très onéreuse, ce qui la rend inaccessible à la plus grande partie de la population humaine, parce qu’elle pollue, parce qu’elle est la cause de guerres dévastatrices à répétition en vue du contrôle des sources d’énergie, et parce qu’elle est responsable d’une dangereuse dégradation des conditions de vie sur la planète.
    
La crise actuelle du capitalisme, qui se révèle sous des formes, dans des dimensions et à des niveaux divers, n’est rien d’autre que le reflet ou  les effets indésirables de la crise énergétique, une crise dont les caractéristiques constituent l’empreinte des caractéristiques du système énergétique basé sur les combustibles fossiles – source d’énergie à la fois inégalement distribuée, exagérément coûteuse, polluante et trop rare. Le capitalisme, qui s’est structuré autour du système énergétique des combustibles fossiles pour évoluer jusqu’à devenir une hybris face à la Nature et à l’Humanité, conduit tout droit, tel un Titanic moderne, à la collision avec la réalité qu’il a lui-même créée, à savoir la raréfaction inéluctable de l’ «or noir», son renchérissement et une catastrophe écologique tout aussi exponentielle qu’irréparable.
     Le capitalisme, aux veines gonflées de pétrole, se nourrissant des chairs de l’humanité travailleuse, est atteint d’une sorte d’incurable boulimie de profit qui ne fait que renforcer son caractère destructeur. Toutes les guerres du XXème siècle furent menées pour les gisements du Moyen Orient, « banque énergétique mondiale », pour s’assurer le contrôle de l’Eurasie et asseoir l’hégémonie mondiale du capitalisme, tantôt sous la forme du germanisme –Drang nach Osten, Ostpolitik, et le sinistre Blitzkrieg du 3ème Reich– et tantôt sous la forme de l’américanisme, incarné hier par le New Deal et avec pour instrument l’impitoyable impérialisme militariste, ou aujourd’hui par la non moins violente mondialisation néolibérale.

Mais aujourd’hui, à l’instar des gisements de combustibles fossiles, les mensonges s’épuisent. Les têtes pensantes du capitalisme le savent bien. En dépit des voix qui s’élèvent pour réclamer que le «Titanic du marché» change de cap énergétique, le noyau dur de la mondialisation, à savoir l’américanisme, s’avère incapable de dépasser son obsession oléo maniaque, et c’est pourquoi il s’apprête selon toute évidence, au moyen d’une nouvelle guerre plus destructrice encore dans la zone géographique de l’or noir, à donner une solution finale au problème de la domination énergétique. Son but est, à l’évidence, triple:
·         d’une part, assurer la mainmise exclusive sur tous les gisements existants de combustibles fossiles pour réduire à la dépendance, par le monopole de l’énergie, la planète tout entière,
·         d’autre part, neutraliser ses concurrents dans la course à l’hégémonie mondiale, qui s’implantent sous forme de néogermanisme, néotsarisme et néosinisme, et les empêcher d’établir entre eux des alliances, les soumettre et, le besoin échéant, les réduire à néant,
·         enfin, s’accaparer les nouvelles formes d’énergie et, de cette façon, dompter, décimer et soumettre à un régime moyenâgeux l’humanité travailleuse.
Cependant, l’Humanité prend peu à peu conscience de ce que la Nature dispose d’une multitude de solutions alternatives à son problème énergétique, solutions à même aujourd’hui, grâce au savoir scientifique et à la technologie de pointe socialement créés et accumulés, de la libérer définitivement de la pauvreté, de la violence, de la peur, de la faim et de la destruction. L’alliance entre Humanité et Nature peut débarrasser l’une comme l’autre de la folie destructrice du capitalisme, condition à la fois nécessaire et suffisante pour le rétablissement de l’union, de la collaboration et de l’harmonie dans les rapports entre société/humanité et Nature.
     Les sources d’énergie primaires et secondaires alternatives, douces, renouvelables peuvent, combinées les unes aux autres, libérer définitivement l’humanité du système d’imposition des combustibles fossiles pour offrir à tous une énergie abondante, peu coûteuse, sûre et propre. Il est évident qu’un tel bouleversement dans le paysage énergétique provoquera des changements radicaux dans l’économie et la société, ce qui lèvera le joug du capitalisme destructeur et ouvrira les horizons vers un monde meilleur et une nouvelle civilisation humaine.
     Au cœur de cette nouvelle perspective énergétique se trouve l’hydrogène, jusqu’à récemment prisonnier politique du pouvoir en place des combustibles fossiles. Le savoir, accumulé au fil du temps grâce aux efforts laborieux et soutenus d’insoumis scientifiques, chercheurs, techniciens et simples citoyens a amené l’hydrogène dans le champ optique et dans la conscience de l’humanité, comme la source d’énergie susceptible de bouleverser l’architecture de l’économie, de la société et de l’humanité. La prise de conscience des inépuisables possibilités offertes par les sources d’énergie renouvelables et présentes partout sur la planète –et tout particulièrement de l’hydrogène– ouvre aux sociétés locales des horizons infinis de croissance vers la prospérité universelle.
   La socialisation des sources d’énergie et des infrastructures et la décentralisation complète de la production de courant électrique qui, grâce à la dispersion totale de l’hydrogène et à la simplicité et au faible coût de la technologie de production d’hydrogène énergie, en fait un bien quasiment libre, à même d’assurer l’autonomie énergétique de chaque usager et, par voie de conséquence, l’égalité en matière énergétique, premier pas vers l’égalité sociale.
   Nous vivons les moments historiques d’une nouvelle révolution tout à la fois scientifique, technique et sociale, résultant de l’activation du conflit entre les relations de production capitaliste, arriérées, et les forces de production développées qui étouffent dans le carcan du système capitaliste, conflit qui porte toujours en lui la mort de l’ancien monde et l’émergence du nouveau.
   Le système énergétique centralisé, bâti sur les combustibles fossiles et qui se manifeste sous forme de pouvoir oligarchique, centralisateur, destructeur et inhumain au niveau économique et politique constitue le premier pôle de l’opposition, celui qui vise à la conservation des relations de production arriérées, lors même que la plus grande partie de l’humanité crève de faim, que la planète est la proie d’une destruction massive, et la vie constamment menacée.
   Les sources renouvelables d’énergie, combinées entre elle autour de l’hydrogène –source d’énergie abondante pour tous, peu chère et propre– en conjonction avec le savoir scientifique socialement validé et utile et la technologie pacifique et libératrice, forment le cœur du pôle opposé et l’expression des nouvelles possibilités des forces de production.
   Il s’agit en réalité de l’opposition entre d’une part, le pétrole, présent en quantité extrêmement insuffisante par rapport aux besoins de l’humanité, et d’autre part l’hydrogène, inépuisable, présent partout, source d’hydrogène énergie.
   Cette opposition doit trouver sa résolution –et elle la trouvera– dans le champ du conflit social entre les forces qui se rassemblent derrière les deux pôles de cette opposition fondamentale, c’est-à-dire les forces du Travail, de la Science et de la Culture qui aspirent à un monde meilleur et luttent pour celui-ci, d’un côté et, de l’autre, les forces de l’obscurantisme, du conservatisme et du pouvoir capitaliste inhumain et destructeur qui mène l’humanité à la barbarie capitaliste.
   Archimède a enseigné à l’humanité que pour mettre la Terre en mouvement, il est nécessaire d’avoir, au-delà de l’idée de la mise en mouvement, un point d’appui pour le pivot, afin de pouvoir, grâce à la force de gravité démultipliée par le levier, la mettre en mouvement.
   Par analogie, si l’humanité veut arracher le capitalisme pour le renverser, elle doit se donner un point d’appui, au-delà des théories révolutionnaires, un lieu nouveau, une nouvelle réalité sociale de démocratie directe, et par la suite un outil, le levier de renversement du capitalisme ; il semble que l’hydrogène énergie libre constitue ce levier. Cet outil, aux mains d’une société décidée, ayant progressivement accédé, grâce à un processus laborieux, à l’autodétermination, à l’auto institution et à l’autogestion, cet outil peut créer pas à pas, pour la première fois dans l’histoire humaine, la base matérielle nécessaire, le sol sur lequel se bâtira l’égalité énergétique puis, par extension, sociale qui, toujours pas à pas, au prix d’un persévérant travail, prendra la forme achevée de la Démocratie Directe et de la Société Sans Classes.
   Ce levier pour le déplacement-renversement du capitalisme –la Révolution de l’Hydrogène et de la Démocratie Directe déjà en marche– constitue précisément l’objet du livre que vous avez en mains. Nous nourrissons l’espoir qu’il contribuera à la réflexion et à la prise de conscience que nous tenons entre nos mains notre vie, la vie de notre maison commune, la planète Terre, et notre avenir, revendiquant la modeste prétention de nous montrer dignes de cette dette-là.
   L’hydrogène énergie n’est plus un rêve, c’est une réalité qui refuse, malgré les pressions insupportables qu’on lui fait subir, de se soumettre aux forces de l’aliénation de la société des travailleurs, de la destruction de l’environnement, de la violence des guerres et de la barbarie capitaliste. Pour que l’hydrogène –inépuisable et présent aux quatre coins de la planète– puisse constituer la source d’une énergie libre d’accès, abondante, sûre et propre, la seule à même de libérer l’humanité des chaînes du besoin et de capitalisme, il attend des forces du Travail, de la Science et de la Culture qu’elles empêchent le Capital de s’approprier un bien libre dont il voudrait faire une marchandise, nouvelles chaînes d’un nouvel asservissement moyenâgeux.
   Les sciences, la recherche et la technologie ont résolu tous les problèmes techniques posés par la production d’hydrogène et d’hydrogène énergie libre, seule énergie verte, pour une autoconsommation, à l’échelle de la Commune, de la Région, du pays et de l’humanité tout entière. L’indépendance énergétique ouvre la voie vers l’égalité énergétique qui mène à son tour, en conditions de démocratie directe, à l’égalité sociale, sans laquelle ne peut exister nulle liberté de parole, nulle égalité devant la loi ou politique, nulle liberté, nulle démocratie, nulle paix.
   Un monde meilleur est désormais devant nous, ouvrons donc les yeux pour le faire nôtre, parce que c’est à nous, individus, société et humanité laborieuse qu’il appartient, et à nul autre. Cet ouvrage, unique en son genre, vous guide pas à pas en ce monde, en faisant toute la lumière sur tous ses aspects et toutes ses dimensions.
___________________________________________
Nissides Editions, Thessaloniki-Greece, 2013
Tel.: 00302310 236575, info@nissides.gr, http://www.nissides.gr,

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου